Les outils nécessaires d’un vitrier

Quand l’on est un professionnel dans le domaine du dépannage, se rendre à son lieu de travail sans ses outils c’est comme aller à un bal sans sa robe de soirée ou à un mariage sans la mariée. Tout cela pour dire qu’un vitrier Paris digne de ce nom se doit d’apporter le matériel nécessaire pour mener à bien son intervention. Ci-après donc les principaux outils d’un artisan vitrier.

La mallette à outils d’un vitrier Paris

Bien que le domaine se trouve être le même c’est-à-dire la vitrerie, le procédé et les outils diffèrent d’une intervention à une autre. Ceci est surtout dû au fait que les types de vitre ne sont pas pareils d’autant plus que la révolution des vitres tende vers une solution en même temps économique, moins de déperditions de chaleur, isolation acoustique et design. Nous avons donc préparé dans ce qui suit des outils méli-mélo que l’on peut trouver dans la petite valise d’un vitrier Paris.

L’on peut donc citer dans cette liste, le gant en plastique antidérapant. De toute évidence, manipuler un verre requiert une délicatesse et des mains de fée, mais il faut coupler avec ceci un outil de protection pour se protéger des bris de verre glace et pour éviter de casser la nouvelle vitre. Le gant de protection est donc l’outil à ne jamais oublier et celui qui se trouve  toujours en tête de liste quel que soit le type de vitre à remplacer. L’outil indispensable qui vient après les gants est le mastic. Le mastic est la colle du vitrier Paris. Vous trouverez dans la rubrique suivante comment préparer son mastic. Bien que le prix du mastic ne soit pas onéreux, pouvoir le préparer soi-même est toujours bénéfique. Il y a ensuite les tréteaux. L’on peut dire que les tréteaux sont également primordiaux dans la mesure où le plan de travail repose principalement sur eux. Ensuite, il y a le marteau et les clous de vitrier. Vous vous en doutez surement que le marteau n’est pas un quelconque marteau, c’est celui du vitrier idéalement à tête plate. Pareil pour les clous, ce sont des clous à tête plate. Viennent compléter ensuite la liste :

  • Les tenailles
  • La spatule
  • Le couteau-grattoir
  • Le décapeur thermique
  • La balayette
  • Le cutter
  • Le mètre
  • La scie sauteuse
  • La lame de bois
  • Le burin
  • La perceuse-visseuse
  • La vis de fixation
  • Le chiffon ou l’éponge

Bien évidemment, cette liste n’est pas exhaustive, car il en existe encore une liste infinie de déclinaison sur chaque matériel que ce soit esthétiquement ou sur la nature de la matière.

Préparer seul son mastic

Comme nous l’avons promis, nous allons vous donner la recette pour avoir un stock de mastic chez vous. En premier lieu, l’on se doit de préciser que le mastic est une matière pâteuse qui se durcit avec l’air. Les deux principaux composants que l’on trouve dans le mastic sont le blanc d’Espagne et l’huile de lin, nous allons donc jouer avec ces deux éléments. Il faut commencer par les mélanger en respectant le volume respectif de 4 pour le premier et 1 pour le second. Ne pas arrêter de mélanger avant d’avoir une pâte légèrement collante. Pour la couleur, il faudra ajouter un colorant appelé noir de fumée pour avoir le gris ou le noir sinon  vous aurez naturellement du blanc. Pour le conserver vu qu’il se durcit dès qu’il y a de l’air, vous devrez utiliser un bocal en verre bien couvert d’huile de lin ou de l’eau glycériné. Recouvrez le tout d’aluminium et vous verrez que votre mastic pourra durer plusieurs mois.